Culture

Plaka

‘Un décor d’une beauté exceptionnelle, un environnement qui invite à la détente et au repos’

Nos hébergements se trouvent à Plaka, un petit port à 3km du village de Leonidio, à l’est du Péloponèse. Nous sommes à quelques minutes seulement de la plage, dans un panomara d’une beauté exceptionnelle, entre le bleu de la mer Myrto et la nature verdoyante du mont Parnon. Un paysage qui invite à la détente et au repos.

Leonidio

‘Leonidio, capitale de la province de Cynourie, la fière région de la Tsakonie.’

Leonidio est situé à l’est du Péloponnèse, à la frontière sud de l’Arcadie. De majestueuses falaises rouges dominent le village et reflètent la lumière du soleil de l’aube au crépuscule. Elles entourent la Cynourie et forment un observatoire naturel mais aussi un refuge, « un lieu sûr », comme l’a décrit Theodoros Kolokotronis, un célèbre général grec, héros de la guerre d’indépendance. Les habitants de Leonidio, appelés les « Tsakones » et dont les racines remontent aux Doriens, ont toujours défendu cet endroit avec ardeur.

Situé au pied de la montagne, le village de Leonidio descend doucement vers la mer, à l’ombre des oliviers et des orangers. La vallée est rafraîchie par la rivière Dafnonas, appelée autrefois Selinountas. Le lit de la rivière est asséché une grande partie de l’année mais en hiver, il se remplit de nouveau avec les précipitations abondantes et l’eau venant des montagnes. Les habitants disent alors que « la rivière est descendue ».

Les frontières naturelles de Leonidio sont le Mont Parnonas (ou Malevos) et le golfe Argolique avec la mer Myrto. Ces frontières ont permis à Leonidio d’être à la fois protégé des intrus et ouvert au monde extérieur.


‘Leonidio a une longue histoire maritime’

La mer a apporté des dieux et des saints à Leonidio, elle les a échangés contre des habitants qu’elle a emmenés jusqu’à Constantinople, en Italie et plus loin encore. Le village est nommé en l’honneur de Saint Léonidas qui, au IIIe siècle, est mort dans d’atroces souffrances avec ses sept enfants spirituels. La mer rendit leurs corps avec respect sur les rives de la Cynourie. Les gens les reçurent comme des offrandes et en mémoire du saint, ils nommèrent l’endroit Leonidio (« Saint-Lidi » en langue tsakonienne).


‘Entre les stalagmites et les stalagtites’

Leonidio s’appelait autrefois Vrasies ou Prasies. Le village se situait alors à Plaka, où se trouve aujourd’hui le port. Le nom de « Vrasies » a une signification mystérieuse, il ferait référence à un cadeau de la mer qui relierait cet endroit avec l’au-delà. C’est là que fût rejeté le corps de Sémélé ainsi que son fils unique, le dieu Dionysos. Les habitants honorèrent Sémélé en célébrant ses funérailles et confièrent son enfant aux soins de la nymphe Ino. Celle-ci le cacha dans une grotte près de l’actuel monastère de St-Nicolas Syntzas qui, depuis, s’appelle la grotte de Dionysos. C’est au milieu des stalagmites et des stalactites, protégé des conflits du monde, que Dionysos acquit sa nature divine. Il rendit alors les terres de la vallée fertiles et généreuses. C’est pourquoi la plaine de Leonidio a été nommée le « Jardin de Dionysos » en son honneur.