Monastères

Le monastère d’Elona

‘Ούρα κα και τσαι βογητά ποίετε ένα σταυρέ ταν Έωνη’ Au revoir, soyez bénis et faites votre signe de croix à Sainte-Elona’ Inscription sur un panneau à la sortie de Leonidio en route pour le monastère d’Elona.
La région est notamment connue pour ses remarquables monastères, et tout particulièrement pour celui de Sainte-Elona, perché dans la montagne. Le monastère est dédié à la Vierge Marie et est connu pour son Icône confectionné par Luc l’évangéliste, qui serait l’un des soixante-dix Icones que le saint aurait offert à la Vierge Marie.
Le monastère se trouve dans un paysage à couper le soufflé, perché au-dessus de la gorge de la rivière Dafnonas. Il est surplombé par d’imposants rochers rouges qui semblent le couvrir pour le protéger. Le monastère a été construit au 16e siècle et aujourd’hui encore, en plus de l’Icône de la Vierge Marie, il abrite les effets personnels, les reliques et les Évangiles offerts par ceux qui ont bénéficié de sa protection miraculeuse.

Le monastère de Saint-Nicolas Sintzas

Saint-Nicolas Sintzas est un autre monastère important de la Cynourie. Saint-Nicolas est particulièrement honoré dans la région en raison de son lien avec la mer et les eaux tumultueuses qui descendent des montagnes entourant la vallée. Il sait calmer les flots. “Sintza” signifie “figuier” en langue tsakonienne, faisant référence aux figuiers qui ornent les collines à l’ouest de Leonidio. Le monastère a été construit au 13e siècle et est “suspendu” entre ciel et terre. On y trouve lIcône du Saint et de son Asomption, ce qui la rend très particulière dans le milieu de la peinture iconographique. La fameuse grotte de Dionysos se trouve tout près du monastère. Des recherches archéologiques démontrent qu’elle fût même habitée pendant le Néolitique.

Le monastère de Saint-Nicolas de Karyas

Le monastère de Saint-Nicolas de Karyas, qui se trouve sur le plateau du mont Parnonas, au sud de Leonidio, est aussi très connu. De magnifiques fresques datant de 1638 ornent les murs du monastère. Elles furent réalisées par des moines de Nauplie. D’après la légende, quand les voleurs incendièrent le monastère, par miracle, les reliques et les Icônes qu’ils laissèrent derrière eux ne brûlèrent pas.